Entrave à la concurrence : Nespresso va changer sa stratégie

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

La société Nespresso France, filiale du groupe Nestlé, risque une lourde amende pour entrave à la concurrence. Elle s’est alors engagée dans des mesures d’ouverture du marché, sous les yeux attentifs de l’Autorité de la concurrence.

Abus de position dominante

Entrave à la concurrence, tel est le reproche adressé à Nespresso France, filiale du groupe Nestlé connue pour ses publicités mettant en avant l’acteur Georges Clooney. Plus précisément, le groupe est accusé d’avoir mis en place des mesures ne permettant pas aux producteurs de capsules de café de s’adapter aux changements opérés sur les machines Nespresso. Tout récemment, Nespresso France a signé un engagement envers l’Autorité de la concurrence à changer ses pratiques pour ouvrir davantage le marché des dosettes. Il faut rappeler que depuis plusieurs années, ce secteur est tiraillé par les différents fabricants, le café en dosettes ayant intégré le quotidien des Français.

Modifier les stratégies pour ouvrir le marché

Concrètement, Nespresso France s’est engagé à informer ses concurrents au moins trois mois à l’avance lorsque ses machines subissent des modifications techniques pouvant remettre en cause la compatibilité des capsules autres que celles de sa fabrication. L’autre engagement de la société Nespresso est de changer les conditions de garantie des machines à café qu’elle produit. Elle arrêtera également de préciser à ses consommateurs qu’il n’est pas recommandé d’utiliser lescapsules compatibles nespresso comme celles de l’un de ses concurrents.

Nespresso France risque gros

L’Autorité de la concurrence a instauré un test de marché, afin de mesurer la pertinence et l’efficacité de ces engagements. Il faut rappeler que si les obstacles au développement des fabricants concurrents de capsules ne sont pas levés, l’Autorité de la concurrence pourrait poursuivre Nespresso France pour entrave à la concurrence. Cette dernière risquerait alors une amende équivalente à 10 % de son chiffre d’affaires annuel. Il faut noter toutefois que la société Nespresso France n’est pas tenue de produire des machines compatibles aux capsules des fabricants concurrents, mais de  les informer pour qu’ils puissent apporter les ajustements nécessaires.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »